Voici les tendances pour 2018 en matière de jobs et de compétences d’après Hays

Voici les tendances pour 2018 en matière de jobs et de compétences d’après Hays

En 2018 également, le GDPR créera de l’emploi

Vendredi 29 décembre 2017 — La quatrième révolution industrielle affecte notre façon de travailler et les travailleurs doivent s’attendre à d’autres changements au cours de leur carrière. Alistair Cox, PDG de Hays plc, a présenté les tendances en matière de jobs et de compétences auxquelles tant les employés que les employeurs seront probablement confrontés en 2018.

L’évolution constante et effrénée de la technologie modifie le monde du travail en profondeur. Si d’un côté, certains jobs et certains aspects de fonctions seront inévitablement automatisés, d’un autre côté, de toutes nouvelles fonctions verront le jour et la demande en compétences les plus récentes ne cessera de s’accroître.

Alistair nous explique : « Les gros titres à sensation nous prédisent l’extinction de l’ouvrier humain mais chez Hays plc, nous ne voyons rien de tel se passer. Nous assistons au contraire à une véritable explosion de nouveaux rôles autour de l’intelligence artificielle et du traitement des données ainsi qu’à une demande inexorable de compétences générales spécifiques comme l’adaptabilité, la créativité et la collaboration. Après tout, aucun algorithme n’est encore capable de percevoir l’humour, le caractère ou l’enthousiasme de façon aussi efficace qu’un être humain. »

D’une part, Alistair suggère aux employeurs, pour rester compétitifs, d’adapter leurs viviers de talents de sorte à affronter l’avenir et d’autre part, il conseille aux demandeurs d’emploi de maintenir leurs compétences à niveau afin de rester attractifs pour d’éventuels employeurs.Alistair nous livre ses pensées quant aux jobs et compétences qu’il s’attend à voir fleurir en 2018 et au-delà.

Les emplois dans le domaine du numérique et de l’intelligence artificielle redessinent l’avenir

Les entreprises vont continuer à recruter des développeurs en IA et en particulier ceux qui sont capables d’appliquer la technologie IA dans le domaine de la consommation. En outre, les candidats IA ayant une vision des perspectives commerciales plus larges tout comme les développeurs à même de valoriser une entreprise et d’optimiser les processus opérationnels constitueront les profils les plus recherchés. 

Alistair prédit également une hausse des fonctions liées aux données : « Les montagnes d’informations numériques ne cessent de croître et l’accroissement des technologies liées à l’Internet des objets ne fera qu’accélérer cette tendance. Cependant, des données sans compréhension intrinsèque ne sont d’aucune valeur, ce qui explique la forte progression des postes vacants de scientifiques de données, d’analystes de données, d’artistes de données et de visualisateurs de données à travers le monde. Ces professionnels donnent du sens aux données commerciales et permettent de transformer les séries de zéros et de uns en observations exploitables, qu’il s’agisse de modifier le comportement des consommateurs ou d’explorer de nouvelles perspectives restées jusqu’alors invisibles à l’œil humain. »

Alistair poursuit et explique que les données sont au cœur de la demande dans un certain nombre de fonctions spécifiques à certains secteurs, notamment des postes de marketing comme l’automatisation du marketing, les performance marketers, les analystes client et les spécialistes de gestion client. La demande a été créée par les entreprises elles-mêmes dans leur recherche à cibler les consommateurs par des méthodes toujours plus pointues.

N’oubliez pas pour autant les fonctions plus « traditionnelles »

Outre l’émergence des nouvelles technologies et des rôles y liés, les postes spécialisés plus traditionnels, techniques ou non, ont toujours leur rôle à jouer.

Alistair nous livre son expertise : « Etant donné que les entreprises développent leur offre numérique afin de répondre aux attentes en constante évolution des consommateurs, les développeurs de logiciels compétents sont très demandés, surtout ceux qui disposent d’une expérience dans les interfaces utilisateur de première ligne. Java et les langages de programmation flexibles restent les préférés même si on a toujours besoin d’une maîtrise C++ malgré la migration croissante des anciens systèmes. »

« La préparation à des modifications réglementaires à travers plusieurs industries ainsi que l’attention continue sur la transformation numérique entraînent des projets à grande échelle. En conséquence, la demande de professionnels en charge de gestion de projets et de changements ne fera que s’accroître, en particulier ceux qui peuvent endosser des rôles de gestionnaires de projets et d’analystes commerciaux. »

De nouveaux participants en salle de réunion

Du fait des nouvelles technologies, les dirigeants à même de garantir la sécurité des systèmes d’une entreprise seront de plus en plus recherchés. En conséquence, la demande en agents de sécurité informatique capables de protéger les sociétés contre des cyberattaques continuera d’augmenter.

Avec le tout prochain Règlement relatif à la protection des données (General Data Protection Regulation, GDPR) qui devrait être mis en œuvre en mai 2018, Alistair indique que la réglementation devrait créer un nombre croissant de demandes pour des postes de délégués à la protection des données dans le monde entier.

Philippe Dullaert, Directeur financier de Hays Belgique, ajoute : « La réglementation créera de l’emploi dans notre pays également. Les fonctions GDPR sont en effet des jobs à plein temps qui ne peuvent pas être repris dans une fonction déjà existante. Dans les grandes entreprises, ces postes seront permanents, tandis que les petites entreprises travailleront plutôt avec des consultants GDPR. Il s’agit en outre de profils très convoités et rares. Ce sont surtout les personnes ayant une expérience en IT et les concepteurs de procédés qui se présentent sur le marché de l’emploi en tant que spécialistes GDPR.

Des compétences humaines dans un monde dirigé par la technologie

Outre les compétences techniques, les compétences générales continueront à être recherchées. Alistair nous explique : « Les meilleures compétences et qualifications techniques du monde peuvent certes être enseignées mais elles n’auront qu’un impact limité si votre entreprise ne compte pas de dirigeants capables de comprendre ce qui motive leurs employés, de communiquer efficacement avec leur équipe et de les écouter. Ce sont ces sociétés à même de combiner les meilleures technologies et compétences « techniques » avec des équipes regorgeant d’intelligence émotionnelle qui seront les premières sur le marché. »

Alistair conseille aux employeurs de rechercher, auprès de leurs candidats, la créativité, la collaboration, l’interprétation humaine et les compétences en communication. Les demandeurs d’emploi qui se démarqueront de leurs pairs seront ceux qui sont non seulement capables de trouver des solutions aux défis posés mais également de communiquer pourquoi et comment il convient de les appliquer.